Accueil » Developpement Economique Emploi » Developpement Agricole Et Forestier

Développement agricole et forestier

recolte

Dans les 2 Rives, les espaces agricoles représentent aujourd’hui 25 % du territoire. Afin de prendre en compte cette activité, d’en assurer la pérennité et le développement, la CA2RS a souhaité mettre en place une stratégie de développement agricole sur son territoire. 

En 2012, les communes des Alluets-le-Roi, Médan, Morainvilliers, Orgeval, Vernouillet et Villennes-sur-Seine rejoignaient la CA2RS. Loin de balayer les grands principes du projet de territoire adopté en 2010, cet élargissement est venu confirmer un axe de travail majeur déjà engagé avec le projet « Cœur vert » : l’activité agricole.

L’agriculture dans les 2 Rives

Élaboré à partir d’études précédemment menées par l’EPFY* et la SAFER**(voir "Repères), ainsi qu’une enquête de terrain auprès de tous les acteurs (agriculteurs, institutions, associations...), un diagnostic a permis de dresser un portrait complet de l’activité agricole dans les 2 Rives. Combien d’exploitants en activité ? Quels types de cultures ? Quelles filières de commercialisation ?...

Sur le territoire des 2 Rives de Seine, la grande majorité des terrains exploités est située sur les communes de Chapet, Les-Alluets-le-Roi, Morainvilliers, Orgeval et Vernouillet. Historiquement dominé par l’arboriculture et le maraîchage, le paysage agricole est aujourd’hui constitué de grandes cultures, avec 1 700 ha sur un total de 2 200 ha, soit 75% des surfaces cultivées. 

Cette transformation du paysage est le résultat d’un phénomène généralisé à l’ensemble de l’Île-de-France depuis les années 1980-90. En 1988, le territoire de la CA2RS comptabilisait plus de 150 exploitations. On en dénombre actuellement une trentaine. Cette diminution progressive s’explique par des réalités économiques liées notamment à la concurrence internationale, mais également par la pression foncière. Il faut ajouter à cela une réalité bien locale... En 1999, suite à l’interdiction d’exploiter des sols pollués, le maraîchage sur le secteur de la boucle de Chanteloup a été stoppé net. Aujourd’hui, à l’échelle des 2 Rives, l’essentiel des surfaces agricoles est consacré aux grandes cultures plutôt qu’aux cultures spécialisées. Le maintien en cultures est en effet un rempart efficace contre les dépôts et l’étalement urbain.

Les fôrets dans les 2 rives

A la fois poumons vert, supports de biodiversité et fournisseurs de matière première pour la production d’énergie et l’industrie, les massifs forestiers de notre territoire constituent une ressource importante pour l’environnement, la population et l’économie locale.
La présence de nombreuses forêts sur le territoire de la Communauté d’Agglomération 2 Rives de Seine, notamment depuis son agrandissement en 2012, a encouragé naturellement à étudier la valorisation de cette ressource notamment afin de répondre aux besoins actuels et futurs en bois-énergie des chaufferies bois en développement sur le territoire, et, à plus long terme, des filières éco-construction dans le cadre du quartier d’activité Ecopole et de l’Ecoport. Le potentiel de développement touristique engendré par ces espaces, notamment par les massifs appartenant à des organismes publics constitue également une piste de développement à considérer en parallèle de ces nouveaux développements de filière.
La CA2RS compte 5 massifs forestiers pour une superficie totale d’environ 2 000 ha (source Mode d’Occupation des Sols, 2008) :

  • La forêt des Alluets-le-Roi,
  • Les bois de Montfaucon, de la Garenne, d’Abbécourt, des Meulières, des Bruyères, des
  • Grands Bois sur les Alluets-le-Roi et Morainvilliers, de Rougemont à Orgeval et Morainvilliers.
  • La forêt régionale de Verneuil,
  • Le massif de l’Hautil et le Bois

D’après les données recueillies auprès des opérateurs publics et privés, les surfaces forestières actuellement exploitées représentent environ 800 ha.

Au même titre que l’activité agricole, l’exploitation forestière rencontre d’importants obstacles liés au contexte péri-urbain et constituant des freins à la mobilisation du bois :

  • La difficulté d’accès aux parcelles à exploiter (accès condamnés ou absence de prise en compte des accès forestiers dans le cadre de nouveaux aménagements),
  • L’absence d’entretien des chemins,
  • Le mitage des lisières forestières,
  • La difficulté de cohabitation entre promeneurs, riverains et exploitants.

Ces problématiques feront l’objet d’une attention particulière dans le cadre de la charte agricole et forestière afin de veiller à la protection et à l’entretien des massifs forestiers, et à leur exploitation de façon raisonnée, tout en tenant compte du potentiel de développement
touristique qu’ils peuvent générer.

Repères : 

EPFY : Établissement public foncier des Yvelines
SAFER : Société d’aménagement foncier et d’établissement rural
30 exploitants cultivant sur le territoire
2 200 ha de surfaces agricoles déclarées (Relevé Parcellaire Graphique 2010)
75 % des surfaces en grandes cultures

Contact : 

Direction du développement économique et de l’emploi
Chargée de mission développement agricole et forestier 
T. 01 34 01 19 91
100 Avenue Vanderbilt
78955 Carrières-sous-Poissy